Baie de Lan Ha, laque et Nouvel An lunaire

Le 20 février 2018.

Pour mon plus grand bonheur, je parcours actuellement une partie du centre et du nord du Vietnam avec deux grandes amies du Québec, Madeleine et Évelyne. La baie d’Along nous attirait bien sûr par ses paysages fascinants dont nous avons tous vu des images saisissantes (voir le bandeau ci-dessus), mais nous craignions aussi la triste surexploitation touristique du lieu. Sachez au passage qu’on vient d’y inaugurer un immense parc aquatique à l’américaine — le Sun World Ha Long Park — avec glissages d’eau gigantesques, manèges dernier cri et téléphérique à deux étages! Au grand dam de la population locale, des promoteurs sans scrupule, bien sûr accointés avec des fonctionnaires du même acabit, rognent de plus en plus ces trésors naturels pour distraire le touriste occidental et lui en mettre plein la vue — en passant par leur poche…

Bref, nous avons opté pour la baie de Lan Ha, qui jouxte la baie d’Along. Ne le dites à personne : c’est le secret le mieux gardé au Vietnam! Mais quelle heureuse décision que d’y passer deux jours en jonque privée – où nous avons eu droit à un traitement de princesses par un équipage de quatre hommes plus gentils et attentionnés les uns que les autres. On dit que les rochers karstiques de la baie de Lan Ha ont un volume légèrement moindre que ceux de la baie d’Along. Mais nous nous sommes littéralement gavées d’images majestueuses, dans un décor paisible, frayant doucement notre chemin le long de villages flottants de pêcheurs, pisciculteurs et ostréiculteurs. À preuve :

dsc01975

Puis :

dsc01935

Un des villages flottants :

dsc01854

Mon coup de cœur : cette dame qui ramasse des coquillages sur les rochers :

dsc01900

Ce voyage, c’est aussi une histoire de rencontres de cœur, d’abord avec notre équipage, puis avec un groupe d’Européennes croisées dans une petite station de pisciculture. Voyez à droite de la photo notre capitaine, Binh, qui enserre affectueusement et le plus naturellement du monde notre guide Long, puis ces femmes croisées par hasard et avec qui le courant a tout de suite passé, fluide et joyeux, l’espace de quelques minutes de partage et d’ouverture.

dsc02044

L’art de la laque

En route vers la baie de Lan Ha, nous avons visité un atelier, jumelé à une magnifique boutique, géré par une coopérative formée par le village de Ha Thaï, entièrement dédié aux métiers de la laque. Nous avons pu y observer en direct des artisans à l’œuvre. À l’origine, ce procédé visait simplement à protéger les objets usuels en les enduisant de couches successives de sève de laquier, d’une remarquable résistance lorsque séchée. Dans certaines traditions bouddhistes, on utilisait même la laque pour momifier les corps.

Il faut entre trois et six mois pour produire un objet ou un tableau laqué. Il existe trois techniques que l’on mixe dans certains cas. D’abord, la peinture traditionnelle, faite à main levée. Cet artisan consacre toute sa vie professionnelle à la seconde technique, celle de la nacre. Son métier : « scieur de nacre ». Minutieusement, patiemment, inlassablement, il découpe les dessins que l’on appliquera sur le bois.

dsc01836

La troisième technique, apparue plus récemment, gagne rapidement en popularité : on se sert de minuscules morceaux de coquille d’œuf de cane pour produire des images, des formes et des jeux de lumière souvent spectaculaires. Voici un artisan à l’œuvre :
dsc01833

Ce long procédé, qui a commencé lors de la préparation de la plaque de bois ou de l’objet, se poursuit par l’application de plusieurs couches successives de laque, poncées de plus en plus finement après chaque séchage. Voici un des artisans laqueurs qui passe sa vie les mains dans l’eau!

dsc01843

Bien sûr, nous n’avons pu résister à nous procurer chacune une de ces pièces touchantes, exécutées avec respect et amour par des artisans fiers de leur tradition, qui refusent même d’ouvrir de nouveaux marchés pour préserver la qualité de leur procédé ancestral. La main-d’œuvre se fait rare et s’érode doucement…

Le Nouvel An lunaire

Pendant la période du Nouvel An lunaire ou Têt, tout le pays se fige dans l’intemporalité pendant presque deux semaines. Une très grande partie de la population ne bénéficie que de ces quelques jours de congé au cours de l’année, travaillant sept jours par semaine le reste du temps. En guise de préparation pour le Nouvel An, on nettoie en profondeur son lieu de vie et chaque famille doit en principe acquérir une décoration ou un meuble neuf, si possible de belle valeur. Le culte des ancêtres est au cœur du Têt. La veille du Nouvel An, lors d’une cérémonie rituelle, on les invite à se joindre à la famille pendant quelques jours. On leur offre moult victuailles, fleurs, faux billets d’argent, vêtements et objets de papier sur l’autel qui leur est réservé, puis on fait brûler ce qui se consume et on consomme le reste trois jours plus tard, en leur enjoignant de regagner le monde des défunts jusqu’à la prochaine année. Le matin du Têt, on visite famille élargie, voisins et amis selon un horaire généralement établi par le voyant ou le shaman. On accorde en effet une grande importance au premier visiteur de la maisonnée, qui portera chance ou malchance à la famille. Pendant presque deux semaines, de très nombreux commerces ferment carrément leurs portes : la population s’occupe essentiellement à festoyer, à boire (beaucoup!), à jouer aux cartes, aux dés et, bien sûr, à faire du karaoké.

Le banh chung

Chaque famille vietnamienne possède sa recette de gâteau de riz, le banh chung, préparé pour l’occasion. De forme cylindrique ou carrée, il s’agit d’une mixture de riz gluant, de haricots mungos et de poitrine de porc bien grasse, enveloppée dans une feuille de dong et cuite pendant au moins 10 heures.

a3a9c603f7351d779fd49f9e7a129073

En voici l’intérieur :

feb81337e27585e67e204ae9062ba91f

Une légende explique l’adoption du banh chung comme mets national. Jadis, après un demi-siècle de règne, le roi Hung souhaitait céder son trône à un de ses 20 fils, mais il ne savait lequel. Il organisa une compétition en demandant à chacun de parcourir le monde à la recherche d’un plat qui pourrait devenir un mets national. Plusieurs de ses fils fortunés organisèrent des expéditions élaborées et se rendirent aux confins de la terre afin d’y dénicher des plats exotiques et raffinés. Le plus démuni d’entre eux se voyait déjà perdant, ne disposant ni d’équipage ni d’argent. La recette du gâteau de riz lui fut révélée lors d’un rêve. De forme carrée, il représente la terre, qu’on croyait plate à cette époque. Quant à elle, la forme ronde évoque le ciel. Le papa roi fut conquis par la simplicité, la noblesse et le goût exquis — permettez à mes papilles de relativiser ce jugement — de ce gâteau. Vous connaissez la suite.

Autres particularités : les décorations. Voici la version vietnamienne de l’arbre de Noël, un mandarinier d’une espèce dont le fruit n’est pas comestible, que l’on retrouve à l’entrée de chaque maisonnée, souvent flanqué de jolis mobiles appelant bonne fortune et, bien sûr, prospérité. Lors des semaines précédant le Têt, on en retrouve des milliers à vendre sur les trottoirs, qui parent joyeusement la ville :

dsc02180

Finalement, voici l’équivalent de notre poinsettia national, qui orne chaque maison au centre du Vietnam. On utilise plutôt le pêcher au nord du pays, car là-bas, on associe le chrysanthème jaune aux rites funèbres. Gare aux fautes de goût!

dsc02188

La légende de la carpe koï

Il me semble qu’à chaque fois que je demande à un ou une ami-e vietnamien-ne l’origine d’une coutume ou d’un rite quelconque, on me répond par une légende. J’ai demandé à ma copine Thu pourquoi, chaque premier jour d’un mois lunaire, y compris au Têt, de nombreux Vietnamiens relâchent-ils des poissons rouges dans un cours d’eau. Voici sa réponse.

En fait, on utilise des poissons rouges à défaut de la carpe koï, qui jouit d’une belle réputation au Vietnam. Il y a fort longtemps, il y eut une grave sécheresse sur la terre, car le dragon, associé en Asie à la pluie régénérante et à l’abondance, avait mystérieusement disparu. Le dieu du ciel réunit donc toutes les créatures de la terre et leur dit : « Si l’un d’entre vous réussit à franchir trois grandes vagues successives de l’océan, je le transformerai en dragon. Il pourra mettre fin à la sécheresse en faisant pleuvoir des torrents d’eau sur la terre et deviendra ainsi un grand héros ». Or, les vagues terrifiaient toutes ces créatures par leur ampleur et leur force extraordinaires. Un tilapia décida de relever le défi. Il rassembla toute son énergie, s’élança dans la mer et… piqua du nez au choc terrible de la première vague. Le dieu du ciel le remercia de son courage et en guise de récompense, lui accorda certaines des caractéristiques faciales du dragon. Après bien des hésitations, la crevette tenta sa chance. Bravement, elle franchit la première vague, s’attaque à la deuxième sur laquelle elle se cassa le dos, ce qui lui donna — pauvre chérie — sa forme actuelle. Pour la consoler, le dieu du ciel lui ajouta aussi quelques traits dragonesques. Le courant de terreur qui traversait l’ensemble des créatures terrestres ne cessait de s’intensifier jusqu’à ce que, imperturbable, une carpe s’avance et se mette à nager droit dans les vagues, les franchissant une à une avec une force et une détermination remarquables. Au terme de son exploit titanesque, elle se transforma en dragon, libéra des torrents de pluie sur le peuple en liesse, puis s’envola dans les cieux vers le royaume des dieux. Depuis lors, on porte un tel respect à ce poisson qu’on l’honore à chaque début de mois lunaire en lui rendant sa liberté et que jamais on ne le consomme.

Le triangle de la séduction

J’ai déjà évoqué la coquetterie des femmes vietnamiennes. Pendant la période du Têt, elles portent l’ao dai, vêtement traditionnel d’une grande élégance, composé d’un large pantalon et d’une jolie tunique qui a par ailleurs l’inconvénient de ne rien pardonner au moindre amas de chair, si infime soit-il. Alors que nous parlions de la beauté de ce vêtement à Long, notre guide de la baie de Lan Ha, celui-ci nous a révélé un détail tout à fait charmant. Il semble que les hommes rivent généralement leur regard à un endroit bien précis de cette sobre tenue, qu’on appelle fort joliment « le triangle de la séduction ». À vous de localiser celui-ci :

7a55c551e630b6eaa94d13dd8db2943b

Le viagra vietnamien

Il existe en Asie de nombreux produits plus qu’étonnants à nos yeux d’Occidentaux. L’alcool de lézard gagne jusqu’ici pour moi la palme de la bizarrerie. Mais attention! Alors que cet élixir stimule la vigueur de l’homme d’un âge respectable, il provoque l’effet inverse chez ceux de moins de 50 ans. Je vous en rapporte une fiole?

dsc02125-1

Allez! Mes copines et moi mettons le cap sur Siem Reap au Cambodge pour quelques jours… Hen gap lai (à bientôt)!

 

 

 

 

 

10 commentaires sur “Baie de Lan Ha, laque et Nouvel An lunaire

  1. Quelle tristesse ce Sun World Ha Long Park! Merci Christiane de nous partager ton secret concernant la baie voisine. Je le prends bien en note.
    Bon séjour au Cambodge et au plaisir de découvrir Angkor avec toi!
    Salutations à Évelyne, que j’ai reconnue sur la photo. Amusez-vous bien les 3 filles!

    J'aime

  2. Allo Christiane,
    Comme toujours c’est avec un grand intérêt que je suis ton périple!
    Est-ce que tu savais aussi que tous les bateaux seront interdits sur la Baie de Ha Long suite à la construction d’hôtel sur les rives?
    Dis dont, est-ce que ça fait déjà 6 mois que tu es partie?

    J'aime

  3. Chère Christiane, Camille m’a fait suivre ton blogue en me disant combien tes récits sont intéressants et des plus savoureux… Il a bien raison. Ta plume est sublime et tes histoires, plus captivantes les unes que les autres. Quelle expérience! Chapeau!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s